8 mars : les 5 défis pour les femmes en Afrique

Alors que le Covid-19 a transformé le monde, les pays, les sociétés et les communautés ont été remodelés, les systèmes politiques et sociaux restructurés et de nouvelles normes sociales créées, le tout à une vitesse vertigineuse. La pandémie est devenue le grand révélateur et amplificateur des inégalités et des injustices existantes à travers le monde.

Malheureusement, malgré une solidarité mondiale impressionnante, le leadership politique fait cruellement défaut autour de la crise du Covid-19. En revanche, la plupart des pays africains, aux côtés des institutions régionales (dont l’Union africaine, les CDC africains, l’Afrexim Bank, la Banque Africaine de Développement), ont agi rapidement et avec solidarité.

Beaucoup ont prédit que la première phase de la pandémie en Afrique serait dévastatrice en raison de la fragilité des systèmes de santé de la région et de l’importante population immunodéprimée avec une forte prévalence de la malnutrition, de l’anémie, du paludisme, du VIH Sida, de la tuberculose et l’Ebola. Cependant, un leadership coordonné ainsi qu’une introduction rapide et le respect des mesures de confinement, y compris la distance sociale, l’isolement et la quarantaine, les confinements nationaux et les restrictions de voyage ont tous contribué à un nombre de cas et de décès bien inférieurs aux prévisions.

Les réactions rapides reposaient en partie sur l’expérience antérieure de gestion d’autres épidémies, telles que le VIH et l’Ebola, où les communautés étaient au cœur du renforcement des systèmes de santé fragiles afin de garantir que les équipements et les médicaments parviennent à ceux qui en ont le plus besoin. Cependant, une deuxième phase inquiétante de la pandémie est en train d’émerger dans la région avec de nouvelles variantes et un nombre croissant de cas et de décès de Covid-19. Aujourd’hui, l’Afrique du Sud, présentant des nombres élevés de VIH et de tuberculose, a le plus grand nombre d’infections au Covid-19 en Afrique.

La pandémie n’est pas seulement un choc sanitaire; cela entraîne également des coûts sociaux et économiques considérables. En effet, la pandémie pourrait pousser jusqu’à 40 millions de personnes dans l’extrême pauvreté en Afrique subsaharienne, et les femmes et les filles africaines sont les plus durement touchées. La violence contre les femmes et les filles a augmenté. Plus de 70% des femmes sont confrontées à l’insécurité, car elles travaillent plus souvent dans le secteur informel en tant que commerçantes sur le marché, vendeuses de rue, employées de maison, agricultrices de subsistance ou dans les industries de services et de l’hôtellerie. Les fermetures d’écoles, le chômage et les ruptures d’approvisionnement obligent les femmes à rester au foyer et à engager de multiples frais personnels.

Plutôt que de rester passifs devant la situation, de nombreux pays africains y trouvent une opportunité pour une « grande réinitialisation ». Une telle transformation, cependant, nécessite une gestion astucieuse de la complexité, de la fragilité et de l’urgence sur plusieurs fronts, y compris les interventions d’urgence, les plans de relance et les stratégies à plus long terme pour soutenir ce changement.

Comment les femmes d’Afrique conduisent-elles cette grande réinitialisation et cette transformation ?

  1. LES FEMMES LEADERS DIRIGENT LA RÉPONSE D’URGENCE
    Lorsqu’elles sont confrontées à des situations d’urgence telles que des inondations, des sécheresses, des épidémies ou des guerres, les femmes africaines jouent traditionnellement un rôle de premier plan en tant que volontaires, mobilisatrices communautaires, agents de santé communautaires ou en tant qu’intervenants de première ligne pour maintenir leurs communautés ensemble et combattre ces chocs.

Pendant la pandémie du Covid-19, les femmes ont été en première ligne en tant que premiers intervenants, professionnelles de la santé, bénévoles communautaires, gestionnaires de transports et de la logistique, scientifiques, etc. Dans un rôle essentiel, en tant qu’agents de santé communautaires, elles ont travaillé sur de longues heures, souvent sous-payées et à risque en raison d’un manque d’équipement de protection individuelle.

À l’échelle mondiale, là où les femmes ont été en charge de la réponse à la pandémie, elles ont montré qu’une réponse rapide, ferme et empathique peut sauver des vies et contenir la propagation du virus. En Afrique, les femmes sont à l’avant-garde de la riposte à la pandémie dans leurs foyers et leurs communautés, en tant qu’entrepreneurs et gestionnaires fournissant des soins, fournissant des services, en sauvant des vies. Elles transforment souvent la gouvernance et la responsabilité aux niveaux local, national et mondial, que ce soit en tant que présidente, première ministre, patronne, fonctionnaire ou chef de famille.

Des militantes à travers l’Afrique se sont organisées et ont appelé les gouvernements à prendre en compte les dimensions sexospécifiques de la pandémie. Pour réinitialiser, reconstruire et créer une plus grande résilience, le travail, les contributions et le leadership des femmes pendant la pandémie doivent être reconnus et récompensés. Et pour faire en sorte que l’Afrique se reconstruise mieux, là où les droits de l’homme et l’égalité des sexes sont un grand défi, les femmes doivent occuper des postes de décision et de leadership à tous les niveaux.

  1. OFFRIR DES SYSTÈMES DE SANTÉ ÉQUITABLES, RESPONSABLES AU GENRE ET INCLUSIFS
    Partout dans le monde, le Covid-19 a démontré que, sans des soins de santé de qualité universellement accessibles, acceptables et abordables, de nombreuses personnes seront exclues et laissées pour compte. Cette exclusion entraîne des coûts sociaux et économiques pour les individus, les communautés et les pays. Et pourtant, les femmes et les filles continuent d’être mal desservies et leurs droits à la santé, à l’éducation et à un travail décent sont systématiquement violés. La pandémie a démontré que lorsque les femmes dirigent un système de santé, elles font une différence.

L’Organisation Mondiale de la Santé a désigné 2021 « Année des travailleurs de la santé et des soins ». Les femmes en sont souvent aux premières lignes des soins de santé, une tendance qui reste vraie pendant la pandémie Covid-19. Dans le monde, 70% des personnels de santé et sociaux sont des femmes. Beaucoup restent impayées ou sous-payées et sous-évaluées. Et la parité entre les sexes dans les instances de direction sur toutes les facettes des systèmes de santé est requise de toute urgence.

De plus, étant donné leur rôle central dans les soins de santé, à travers l’Afrique, les femmes mènent l’appel pour que les agents de santé reçoivent un salaire équitable et servent dans des conditions de travail sûres pour garantir le droit à la santé pour tous, lutter contre le Covid-19 et bâtir des capacités résilientes. et des systèmes de santé équitables pour l’avenir.

  1. ÉDUQUER LES FILLES POUR DIRIGER LA TRANSFORMATION
    Grâce à une éducation solidaire et sûre, les filles autonomes sont les femmes autonomes du futur.

Parallèlement à la crise sanitaire, il y a une crise mondiale de l’éducation sans précédent, une crise qui est devenue encore plus urgente sous le Covid-19. Les chiffres pré-pandémiques montrent qu’en Afrique subsaharienne, seulement 40% des filles ont terminé le premier cycle du secondaire, et même celles qui ont fréquenté l’école n’apprennent pas. Désormais, les experts craignent que les filles ne retournent pas à l’école une fois les confinements terminés.

Garder les filles à l’école est essentiel, non seulement c’est un droit en soi, mais aussi un moyen de protéger les filles contre le VIH et de devenir des enfants mariées et des mères adolescentes, tout en augmentant leurs chances de trouver un emploi et des revenus plus élevés en tant que femmes adultes. Investir dans l’enseignement secondaire pour les filles est transformationnel : le mariage des enfants, la mortalité infantile, la mortalité maternelle et le retard de croissance des enfants diminueront, tandis que les taux de croissance nationaux augmenteront.

L’éducation des enfants et des adolescents, en particulier des filles, doit être complétée par un environnement sûr et favorable, une approche préconisée par la nouvelle initiative des Nations Unies « Education + ». L’élément central de cette initiative est de s’attaquer aux normes, politiques et lois sociales néfastes imprégnées de discrimination et d’injustice de genre qui, non seulement rendent les adolescentes et les jeunes femmes vulnérables au VIH, mais ont également un impact négatif sur les familles, les communautés et les pays.

  1. UNE TRANSFORMATION DU COMMERCE : BIENVENUE DANS LA ZONE DE LIBRE-ÉCHANGE CONTINENTALE AFRICAINE (ZLECAf / AFCTFA)
    Partout dans le monde, les pays se détournent de la coopération mondiale, du leadership et de l’action collective et remettent en question l’intégration. La dynamique politique est à l’origine du court-termisme, de la polarisation et de l’isolationnisme. Pourtant, des menaces telles que la pandémie, la crise de l’éducation et les disparités entre les sexes exigent une réflexion à long terme et une plus grande coopération, et de cette manière, les pays d’Afrique doivent adopter une approche différente : alors que le monde se fracture, l’Union Africaine s’intègre, approfondit les liens à travers le continent, en particulier à travers la zone de libre-échange continentale africaine.

Cet accord historique a le potentiel d’être transformateur pour les femmes. En effet, les femmes représentent environ 70% des commerçants transfrontaliers informels en Afrique. Pendant des générations, les femmes africaines ont traversé les frontières en faisant du commerce de denrées alimentaires, de textiles, d’artisanat, de produits manufacturés et même de minéraux. Ces commerçantes sont souvent confrontées à des barrières culturelles, physiques et juridiques. En outre, les femmes subissent plus souvent des pressions pour corrompre les agents des douanes, qui sont généralement des hommes. Une ZLECAf bien mise en œuvre réduira les coûts de transaction, augmentera les bénéfices et permettra aux commerçantes informelles d’opérer par le biais de canaux formels, éliminant la violence sexiste et offrant un environnement de travail sûr.

À plus long terme, la ZLECAf pourrait libérer une force puissante de femmes entrepreneuses à travers le continent. En outre, un secteur manufacturier en pleine croissance soutenu par la ZLECAf offrira de nouvelles opportunités d’emploi, en particulier aux femmes. Comme l’a déclaré à juste titre le Secrétaire général de la ZLECAf, Wamkele Mene, cet accord « sera l’occasion de réduire l’écart de revenu entre les sexes et l’occasion pour les PME d’accéder à de nouveaux marchés ».

  1. INNOVER SUR LE SPECTRE TECHNOLOGIQUE
    Pendant les confinements et les quarantaines liés au Covid-19, Internet a été une bouée de sauvetage pour le travail, l’éducation, les informations sur la santé, la famille et les amis et également les divertissements. De plus. l’économie numérique offre des opportunités pour une productivité accrue, l’esprit d’entreprise, l’innovation et la création d’emplois. On estime que d’ici 2025, l’économie de l’Internet pourrait contribuer à hauteur de 180 milliards de dollars à l’économie africaine, soit 5,2% du PIB du continent.

La pandémie a révélé les inégalités inhérentes à la fracture numérique entre et au sein des pays, y compris la fracture numérique de longue date entre les sexes, qui ont exacerbé les inégalités en matière d’éducation et d’opportunités. À 37%, l’Afrique subsaharienne a le deuxième plus grand écart numérique entre les sexes au monde, après l’Asie du Sud, empêchant les femmes d’accéder à des services améliorant la vie pour l’éducation, la santé et l’inclusion financière dans un monde devenu de plus en plus virtuel.

Étant donné que les outils en ligne feront partie de la nouvelle normalité pour des secteurs clés, notamment le gouvernement, l’éducation, le commerce et la finance, cette fracture numérique doit être comblée. De plus, l’Afrique a besoin d’une main-d’œuvre dotée des compétences numériques nécessaires pour exploiter les opportunités de la transformation numérique. En tant que région la plus jeune du monde, l’Afrique comptera près d’un cinquième de la main-d’œuvre mondiale, et près d’un tiers de la main-d’œuvre mondiale des jeunes d’ici à 2030.

Le rôle de leadership des femmes dans la lutte contre la crise du Covid-19, l’augmentation de l’éducation, la construction de systèmes de santé équitables et l’expansion du commerce, sera considérablement amélioré lorsque les femmes et les filles disposeront des outils en ligne qui aideront à ravitailler la grande réinitialisation pour mieux affronter la pandémie, et pour transformer l’Afrique.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s