Madagascar : le transport terrestre veut faire sa révolution avant 2023

Le gouvernement malgache a pris la décision de lancer d’importants projets afin d’améliorer les infrastructures routières et d’équiper Antananarivo en nouveaux moyens de transport urbain. Ces projets annoncés au début du mandat du président Andry Rajoelina (photo, au centre) vont entrer en phase de consultation et de construction et visent leur livraison en 2023, où le mandat présidentiel prendra fin.

Ces projets seront financés sur le principe de partenariat public-privé (PPP) et en concession. Ce qui permet au pays d’accélérer leur réalisation et d’optimiser leur exploitation. Les appels à manifestation d’intérêts seront lancés sur la réalisation de ces travaux jugés prioritaires au vu de l’état du transport public à Antananarivo, mais également de l’état des routes nationales actuelles.

Routes et autoroute

Afin de relier la nouvelle ville projetée à Imerintsiatosika (à l’ouest de la capitale) à Antananarivo, une voie rapide sera construite en deux ans sur une distance d’une trentaine de kilomètres. Le financement sera basé sur le modèle « engineering procurement construction and financing » (EPCF). L’actuelle RN1 qui relie ces deux villes est régulièrement saturée par le nombre croissant de véhicules qui l’empruntent.

Le financement en EPCF sera également repris pour la construction ou la réparation de 2.000 km de routes à bitumer dans toutes les régions de Madagascar. A cet effet, le pays a importé un lot d’engins destinés à ces travaux, les engins et les travaux étant gérés par chaque région de la Grande Île.

La RN2 actuelle reliant Antananarivo et Toamasina

Les travaux les plus importants seront ceux de la construction d’une nouvelle autoroute reliant Antananarivo à Toamasina où se trouve le plus grand port de Madagascar. L’actuelle RN2 souffre en effet d’un manque d’entretien et de saturation car elle est empruntée par des milliers de camions toutes les semaines transportant plus de 90% des marchandises destinées à la capitale mais également de celles à exporter à travers ce port. Cette autoroute s’étale sur 260 km, réduisant de plus de 100 km le trajet actuel, et sera dotée de quatre voies. Des bretelles à échangeur seront prévues à la sortie d’Antananarivo, puis au niveau de la RN44 qui en réparation, ramenant à Ambatondrazaka, le plus grand grenier à riz de Madagascar, mais également à Brickaville et à l’arrivée à Toamasina. Les travaux devraient durer de 2021 à 2023 et l’autoroute fonctionnera avec le système à péage, finançant la concession signée avec les futurs constructeurs.

Trains électriques urbains

Madagascar a importé il y a quelques temps 10 locomotives hybrides électriques-solaires destinées au transport public urbain à Antananarivo. Cet équipement transportera des passagers sur une voie existante à réparer sur 3,5 km, à partir de la gare Soarano, au centre d’Antananarivo vers Ankorondrano, qui le centre d’affaires de la capitale.

Une autre voie de 12 km à partir de Soarano, vers l’est jusqu’au village d’Amoronakona, sera également opérationnelle. Les gares existantes sur ces deux voies seront rénovées et ce projet est destiné à alléger les transports en bus vers les périphéries d’Antananarivo.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s